PRS Pays de la Loire 2018-2022

Encourager des environnements favorables à la santé

Article
Visuel
Environnement favorable santé
© Fotolia
Cet objectif opérationnel du schéma régional de santé décline l'orientation stratégique 1 : la santé dans toutes les politiques favorisant la réduction des inégalités de santé.
Corps de texte
Résultats attendus

Tout au long de la vie, l’état de santé des personnes résulte à la fois de facteurs génétiques, de comportements et d’habitudes de vie, de liens sociaux, de conditions socio- économiques, culturelles et environnementales (conditions de vie, conditions de travail, de logement, d’accès à la culture, l’accès à des services, au réseau social, à la qualité de l’environnement physique, etc.…). Ces facteurs sont désignés comme les « déterminants de la santé ». Ils n';agissent pas isolément : c'est la combinaison de leurs effets qui influe sur l'état de santé.

La stratégie nationale de santé rappelle que la part attribuable aux facteurs « sociaux et environnementaux » (problèmes financiers, situation professionnelle, conditions de travail, nombre de personnes par pièce, salubrité de l’habitat…) pèserait pour 80 % dans la constitution des inégalités de santé, soit directement, soit indirectement par leur influence sur les facteurs comportementaux.

Pour agir sur les déterminants de la santé, le domaine de la promotion de la santé préconise d’agir simultanément à plusieurs niveaux : élaborer des politiques pour la santé, créer des milieux/environnements favorables, renforcer l’action communautaire, développer des aptitudes personnelles, réorienter des services de santé (Charte d’Ottawa 1986).

Pour être efficaces, les programmes de promotion de la santé doivent donc viser à la fois les individus, les connaissances, les habiletés, les communautés et leurs environnements.

Les actions du PRS portent par conséquent sur le développement d’offres de services, leur adaptation aux différents publics, leur accessibilité, le renforcement du lien social ou l’amélioration des conditions de vie. Ainsi sera encouragé le développement des évaluations de l’impact sur la santé des politiques publiques (EIS) qui est un outil de réduction des inégalités sociales et environnementales. Cette démarche prend ainsi en compte l’ensemble des déterminants de santé pour orienter favorablement les projets portés par des acteurs publics (par exemple la réhabilitation de quartiers ou les politiques de transports…).

Il conviendra ensuite de participer à la promotion d’environnements favorables aux conditions de travail en lien avec le plan régional-santé travail (PRST3) piloté par la DIRECCTE.

Le PRS s’attachera de même à promouvoir des environnements favorables à la pratique de l’activité physique en déclinant le deuxième plan « sport santé bien être » (PRSSBE) pour tout public et plus particulièrement les personnes en situation de précarité sociale et/ou financière, les personnes âgées dépendantes, les personnes placées sous-main de justice, les personnes en situation de handicap accompagnées au sein d’établissements médico-sociaux et les personnes vivant avec une pathologie chronique.

Le PRS privilégie également l’enjeu de la qualité des milieux et de l’environnement physique à travers un plan dédié : le plan régional santé environnement 2016-2021 (PRSE3) porté par le Préfet, l’ARS et la Région. Il mobilise de façon intersectorielle les acteurs de la région. L’ARS intégrera dans le PRS les axes suivants du PRSE 3 : préserver la qualité de l’eau distribuée, communiquer et prévenir le risque radon, intégrer les enjeux de santé dans l’aménagement et la planification urbaine, développer une culture commune santé environnement auprès des collectivités et acteurs des territoires de proximité.

Enfin, la promotion de comportements favorables à la santé dans tous les milieux concernera également la réduction les risques liés au tabagisme. La déclinaison du Programme national de réduction du tabagisme et la mise en place de la campagne Moi(s) sans tabac contribuent ainsi à développer des environnements favorables à la santé grâce à une campagne de communication innovante et l’évolution des espaces publics (lieux sans tabac). Dans le prolongement de cette dynamique, une priorité sur la prévention et la lutte contre l’alcoolisation sera mise en œuvre prioritairement par l’élaboration d'un programme régional pluriannuel de prévention des addictions.

Modèle de Whitehead
Indicateurs cibles
Leviers d'action

Déployer la démarche d’évaluation de l’impact sur la santé des politiques publiques (EIS).

Participer à la promotion d’un environnement de travail favorable à la santé, en articulation avec le plan régional santé travail 2016-2020 (PRST3) : Favoriser la mise en œuvre d’actions de prévention au sein des collectifs de travail.

Promouvoir des environnements favorables à la pratique de l’activité physique : décliner le nouveau plan « sport santé bien être » (PRSSBE) pour tout public et plus particulièrement pour les personnes en situation de précarité sociale et/ou financière, les personnes âgées dépendantes, les personnes placées sous-main de justice, les personnes en situation de handicap accompagnées au sein d’établissements médico-sociaux et les personnes vivant avec une pathologie chronique.

Améliorer la sécurité et la qualité de l’environnement physique, à travers la mise en œuvre du Plan régional santé environnement 2016-2021 (PRSE3), notamment des actions des axes 1 2 3 et 5 (voir Focus sur).

Créer un environnement favorable à la réduction du tabagisme et de la consommation d’alcool.

Elaborer et mettre en œuvre un programme régional pluriannuel de prévention des addictions.

Axe 1 : Alimentation et Eau destinée à la consommation humaine, en particulier préserver la qualité de l’eau distribuée.

Axe 2 : Bâtiments, habitat et santé, notamment communiquer sur l’enjeu lié au radon dans la région.

Axe 3 : Cadre de vie, urbanisme et santé, notamment mieux intégrer les enjeux de santé dans l’aménagement et la planification urbaine;

Axe 5 : Mise en réseau d’acteurs, culture commune santé : 

Développer une culture commune santé environnement auprès des collectivités et acteurs des territoires de proximité

Objectif transversal PRSE3 : Développer la connaissance des pesticides dans l’air et informer sur les impacts sanitaires associés

Surveiller, freiner et réduire les risques émergents liés au développement d’espèces et d’organismes nuisibles (moustiques, ambroisie, berce du Caucase…)